maries-chinois-lit-03

Une nuit de noce qui tourne à la tromperie involontaire (enfin presque)

Si comme nous vous être friands d’histoires rocambolesques qui se déroulent parfois en Chine alors celle-ci devrait vous plaire ! C’est l’histoire d’une jeune mariée qui a trouvé le moyen de tromper accidentellement son époux le soir même de leur nuit de noces. Etait-elle sous l’emprise de l’alcool ou d’une quelconque drogue ? S’était-elle mis en tête de se venger de son mari après une première dispute ? Etait-elle momentanément devenue folle ? Non… La vérité est bien plus simple et ridicule que cela !

Le 30 août dernier, alors que Wu et Huang venaient de se passer mutuellement la bague au doigt en présence de Ruan comme témoin, ils terminèrent tous la soirée dans la résidence de Wu située dans la province du Guangxi. Mais ce qu’il faut savoir pour mieux comprendre la suite de ce récit c’est que Wu n’est pas une personne que l’on peut qualifier de fortunée et habite dans un petit village aux conditions de vie très précaires. Ainsi, il ne possède pas de réelle salle de bain, mais plutôt une sorte de cabine fermée par des rideaux qui donnait pour l’occasion sur des lits disposés tout autour afin de permettre aux convives qui le souhaitaient de rester passer la nuit. Un choix que Ruan n’aura semble-t-il pas regretté d’avoir fait…

maries-chinois-lit-01

Vers deux heures du matin, après que tout le monde se soit couché Huang, notre jeune mariée, décida de se relever pour utiliser la salle de bain. Mais au moment d’en sortir elle se trompa de direction en allant directement se recoucher dans le lit du témoin. Et c’est à ce moment là que tout dérape ! Loin d’être consciente de sa méprise et croyant qu’elle était allongée là aux côtés de son mari, elle commença à parcourir le corps de Ruan en le caressant de sa main. Des gestes qui auront suffit à exciter notre témoin qui n’aura pas hésité à consommer le mariage de son meilleur ami à sa place en faisant l’amour à sa femme.

Une erreur d’interprétation qui vire à l’accusation de viol

Une fois leurs ébats terminés, Huang et Ruan se rendormirent à poings fermés et ce n’est qu’au matin lorsqu’apparurent les premières lumières du jour que Huang se rendit compte de son erreur. Un peu honteuse et ne sachant quoi faire pour expliquer à son mari la nuit qu’elle venait de passer en compagnie du témoin de son mariage, elle n’eut d’autre réaction que de se mettre à crier au viol pour rameuter sa famille au pied du lit et les convaincre qu’elle avait été la victime de mauvais agissements de la part de Ruan qui l’avait contrainte à avoir des relations sexuelles avec lui.

maries-chinois-lit-02

Croyant les dires de leur fille, les parents de Huang n’avaient pas envie que l’affaire s’ébruite et jette la honte sur leur famille (mentalité typiquement chinoise) et demandèrent à Ruan de leur payer la somme de 20 000 yuans (2427 euros) en dédommagement du préjudice subit par leur fille plutôt que de traîner l’affaire devant un tribunal. Chose que le témoin, sûr de son bon fait après les avances de la jeune femme pendant la nuit, refusa malgré son comportement un peu limite vis à vis de son meilleur ami en couchant avec sa femme.

C’est ainsi que le 9 octobre dernier tout ce beau petit monde s’est retrouvé à devoir attendre le verdict de la cour après que l’affaire a été jugée. Des conclusions qui auront finalement donné raison à Ruan ; considérant que c’était bien le caractère volontaire des avances de la jeune femme (responsable de ses actes) qui était à l’origine de la relation sexuelle au moment où Ruan était tranquillement assoupi et qu’il ne pouvait de ce fait aucunement être déclaré coupable de viol.

Ne trouvez-vous pas cette histoire complètement folle ? Comment auriez-vous réagi à la place du témoin si dans votre sommeil la femme de votre meilleur ami était venue vous exciter en vous caressant sur tout le corps ?

 

A propos de moi

Metre pouces

18 commentaires

Votre commentaire