Bon plan du jour !

carte_xian
Continuons notre voyage initiatique entrepris depuis la rentrée de Septembre au cœur de la Chine profonde et mystérieuse. Aujourd’hui nous ferons un petit crochet par Xian, l’ancienne capitale du pays, aux temps où les Empereurs dynastiques régnaient encore en maîtres sur un pays divisé en différentes tribus.
C’est dans cette province du Shaanxi située au cœur géographique de ce qu’est la Chine actuelle, que nous retrouvons des objets gigantesques longtemps (et toujours) cachés au public, au point tel que les autorités chinoises nient encore leur existence pourtant bien documentée, et on se demandera quelles en sont les raisons.
Peut être l’apprenez vous aujourd’hui, car chose qui n’est enseignée dans aucun livre d’histoire sur les bancs de l’école, la Chine dispose à l’instar de l’Egypte et du Mexique d’un grand nombre de Pyramides.

pyramid_Xian

Les Pyramides Chinoises dans l’histoire Occidentale

Déjà au 17ème et 18ème siècle, des marchands ou explorateurs Européens rapportaient dans leurs récits et carnets de voyage la rencontre faite avec d’immenses pyramides. Puis rien jusqu’en 1912 ou un voyageur Américain aurait rencontré un moine bouddhiste qui lui raconta selon certains dires que les plus anciennes pyramides avaient plus de 5.000 ans et que leurs constructeurs n’étaient pas « d’ici » et étaient nos pères créateurs. Vient ensuite 1914, le moment où un médecin, écrivain et archéologue Français Victor Segalen, alors posté en Mandchourie pour soigner une épidémie de peste, partit faire une expédition archéologique qui portera son nom afin de découvrir les sépultures funéraires de la dynastie Han.

Il rapportera de son périple des descriptions de grands talus à forme pyramidale ayant pour but de servir de sites funéraires à grand nombre de rois, empereurs, impératrices et mêmes Hauts aristocrates et fonctionnaires. Puis c’est en 1945 qu’un pilote de l’air des armées US James Gaussman, qui se revenait d’une incursion sur les lignes militaires Japonaises alors envahissant une partie de l’Est de la Chine, qui sur le chemin du retour tomba nez à nez avec une pyramide blanche gigantesque et brillante dont il prit quelques clichés et qu’il mettra dans un rapport enterré par la suite sous le saut du secret défense par le gouvernement US. Deux ans plus tard, en 1947, un autre aviateur Maurice Sheehan qui survolait la province de Shaanxi, fit la même rencontre et prit lui aussi des photos mais qui furent alors diffusées dans de nombreux journaux tel que le New York Times dès son retour. Malgré cela la Chine de Mao (1949-1976) continua toujours de nier l’existence de telles structures, et prit même le parti d’en interdire l’accès. Pourquoi alors interdire l’accès à ce qui n’existe pas ??

pyramide-blanche

L’éxpédition Hausdorf : « Le Roswell Chinois »

Finalement en 1994, un écrivain et chercheur Allemand Hartwig Hausdorf se vit autorisé le précieux sésame grâce à des relations hauts placées et pu inspecter et visiter les alentours de Xian sous la surveillance d’un guide fournit gracieusement par le parti communiste Chinois. A son retour il écrivit un livre intitulé « Le Roswell Chinois ». Hartwig rencontrera au cours de 3 périples s’échelonnant jusqu’en 1997 des rencontres avec des archéologues Chinois très mal à l’aise à l’idée de discuter avec lui du sujet de ces bien étranges pyramides. Arrivé au bout de son voyage, il fut obligé de constater que la grande Pyramide blanche était introuvable, mais qu’un grand nombre de plus petites pyramides aux tailles plus qu’honorables (certaines font plus de 200 mètres de long à la base pour plus d’une 50aine de mètres de hauteur) avaient été cachées sous des plantations de conifères à croissance rapide. Nombre d’entre elles ressemblent beaucoup de par leur forme aux pyramides du Mexique avec plusieurs degrés et un plateau de cérémonie à leur sommet. Il faut dire que H.Hausdorf ne fut pas autorisé à explorer la totalité de la province car elle abrite, comme par hasard, les rampes de lancement du programme spatial chinois…

pyramide-01

Que peut-on en dire aujourd’hui

On a dénombré environ 200 pyramides de tailles variables, allant de rares pyramides en pierre jusqu’à des pyramides de terre glaise mesurant des centaines de mètres de largeur. La plupart d’entre elles ont des dispositions géographiques qui n’ont pas été laissées au hasard montrant une certaine hiérarchie dans leurs arrangements. H.Hausdorf aurait même vu dans certaines la disposition du baudrier d’Orion connue aussi chez les grandes pyramides de Gizeh et pyramides de Teotihuacan. Beaucoup d’entre elles sont maintenant en ruine, s’étant fortement dégradées dans le temps, ou saccagées par les paysans qui tout au long des siècles ont réutilisé leur matière.

Pyramides de chine orion.china

La Chine a aujourd’hui fait de gros progrès du côté de l’acceptation. En effet, officiellement il existe bien des tertres de cérémonies et des monuments funéraires en forme de talus ou Tumuli, mais pour le moment rien qui ne ressemble à des pyramides. Les autorités chinoises n’auront peut être pas vues les photos que nous vous présentons ici, qui sait…

Tomb_of_Emperor_Qin_Shi_Huang pyramide-Xian2

Ceci étant dit, les plus imposantes d’entre elles sont les tombes d’empereur comme celle de Qin Shi Huang (350 mètres de côté pour 50 mètres de haut) qui régna de 259 à 210 avant J.C, ou celle de Han Wudi (250 mètres de côté pour 50 mètres de haut) qui régna de 156 à 86 avant J.C. Mais H.Hausdorf prétend que selon certains manuscrits celles-ci ont été réutilisées et remonteraient au moins à 2000 ans avant J.C.

pyramide-Xian2

Pour le moment nous n’en sauront en définitive que peu de choses, le gouvernement Chinois interdit encore aujourd’hui toute fouilles ou excavations supplémentaires prétextant que nous ne disposons pas d’une science suffisante pour la conservation des corps et artefacts qui pourront être trouvés. Une rumeur dit que le gouvernement chinois essaierait de cacher les traces de civilisations caucasiennes qui auraient pu dominer la région dans des temps très reculés. Essayez d’imaginer une Chine blanche il y a de ça plus de 2000 ans.

De plus, il semblerait que la Chine ancestrale et rituelle ait des racines très éloignées en commun avec la Mésopotamie et le peuple sumérien. Une partie de leur mythologie remonterait à cette époque là. Cela pourrait aussi être le trait d’union avec l’Egypte et ses pyramides, nous sommes en droit de tout imaginer.
Nous vous laisserons là-dessus sur probablement plus de questions que de réponses que nous n’avons évidemment pas. Si certains d’entre vous férus d’histoire veulent partager leur savoir, c’est à vous, nous ne prétendons au JTGeek ne détenir aucune vérité, mais toutes les hypothèses restent ouvertes.
Vous pourrez vous rendre sur Google Map ou Google Earth et rentrer ces coordonnées 34°26’04,92″ N 108°52’32,85″ E, vous avez largement de quoi investiguer.
Une vidéo sur les pyramides très intéressante qui parlera des pyramides en général et des grandes structures de l’antiquité, faisant un petit bout de sujet sur celles de Chine.

Et vous chers Chin’Addicts, que pensez vous des ces étranges structures ?

Votez pour cet article

2 Commentaires sur “Les Pyramides de Xian

  1. Franchement j’aime beaucoup les articles

    Mois j’ai bien un avis sur la question, mais il y a trop de chose à dire. Donc je ne dirai rien !

    Vivement le prochain article

  2. Quand même bien étranges ces structures, vestiges d’un passé oublié ?
    seven00766 je serais bien curieux de connaitre ta version

Votre commentaire